Business Immo, en collaboration avec iread, dévoile tout au long de cet été une série d’entretiens avec les décideurs de l’industrie immobilière. Au total, 15 acteurs ont été interviewés par l’Ifop entre le 10 avril et le 6 juin dernier sur des sujets aussi variés que « l’état du pays en 2019 », « les perspectives à venir/d’avenir », « les freins au développement », « les leviers de réussite », les « domaines d’extension de l’innovation »…

« Iread, fort de son ADN de start-up de la data en immobilier, entend bousculer les lignes de cette industrie et casser les codes. En ce sens, nous avons souhaité nous interroger sur la vision de la France, au tournant de la décennie, par 15 leaders d’opinion de l’industrie immobilière », explique Arnaud Syoën, Managing Director d’iread.

Sans dévoiler les conclusions, les entretiens ont montré clairement que les décideurs de l’industrie immobilière évoluent dans un monde devenu extrêmement instable dans lequel l’avenir est très difficile à déchiffrer et à anticiper. Tous expriment dans ce contexte une prise de décision à la fois plus complexe et risquée, mais aussi plus « challengeante ». Les chefs d’entreprise ont le sentiment d’évoluer dans un univers ultra court-termiste, avec des chaînes de décisions très courtes qui les exposent plus mais qui rendent leur métier plus « humain » et surtout les obligent à se réinventer.

« Cette obligation de se réinventer doit être aux prises avec les nouvelles générations – les leaders considèrent qu’il est indispensable d’être à l’écoute, aligné avec ces nouvelles générations, et que cela va jusqu’à impacter l’organisation des structures – avec un besoin de se mettre au service de la cohésion sociale », exposent Marie Gariazzo et Sarah Wolber, respectivement directrice adjointe département Opinion et chargée d’études qualitatives de l’Ifop.

En France, les décideurs interrogés ont été marqués par la crise des Gilets jaunes, traduction de cette fameuse « fracture sociale ». « S’ils ne se considèrent pas comme des acteurs politiques, ils restent des acteurs des territoires et de leur fonctionnement et vont jusqu’à proposer de nouveaux modèles innovants en matière de projets immobiliers, de mobilité, d’environnement, du « bien logement » (en opposition au mal-logement), etc. », ajoute Arnaud Syoën.

Cette série débute cette semaine avec les témoignages de Charles Boudet, directeur général de JLL France, et Alain Dinin, président du conseil d’administration de Nexity, sur l’état de la France, « un pays bousculé ».

Nous aborderons le thème des nouveaux enjeux pour notre société, et par extension pour l’immobilier, avec les interviews d’Olivier Wigniolle, directeur général d’Icade, et Méka Brunel, directrice générale de Gecina, avant de s’interroger avec Inès Reinmann, directrice associée en charge de l’immobilier chez Edmond de Rothschild Corporate Finance, et Antoine Derville, président de Cushman & Wakefield, sur la nécessité d’une nouvelle vision pour l’industrie immobilière.

Georges Rocchietta, président du Groupe Atland, et Sébastien Matty, président de GA Smart Building, développeront leur manière d’appréhender et de piloter une entreprise dans le cadre de cette nouvelle vision.

Cette série d’entretiens vidéo évoquera enfin les nouvelles opportunités offertes par ces changements, avec Maryse Aulagnon, présidente directrice générale de Finestate, Frédéric Bôl, président du directoire de Swiss Life Asset Managers France, et Fabrice Allouche, président de CBRE, puis les approches méthodologiques pour faire autrement de l’immobilier avec Alain Taravella, président d’Altarea Cogedim, et Thierry Laroue-Pont, président du directoire de BNP Paribas Real Estate, – avant de conclure sur deux notions clés pour l’avenir : la dimension environnementale avec le témoignage d’Isabelle Scemama, CEO d’AXA IM – Real Assets, et l’évolution des attentes des utilisateurs analysées par Lahlou Khelifi, Managing Director en charge de l’immobilier chez Alantra.

«

»